Entretien avec des stagiaires à la CFACI

03/07/2017
2953668
Comment avez-vous trouvé ce stage d’observation au Service Formations de la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie ?
 
Philippe : C’est d’abord mon père qui, en recherchant sur le site Ecoles-Entreprises, est tombé sur l’offre de stage proposée par le Service Formations. Il m’a ensuite montré l’annonce. Cela m’a paru être une bonne idée étant donné que je fais de l’allemand depuis la sixième et que j’aime bien l’économie.
On a ensuite envoyé ma candidature via la plate-forme et les choses se sont ensuite faites facilement.
 
Julia : Etant donné que je suis en train de préparer un Abi-Bac, je cherchais un stage dans un contexte franco-allemand. Je suis rapidement tombée sur la plate-forme Ecoles-Entreprises au cours des recherches effectuées avec mon père. J’ai candidaté par e-mail.. 
 
Qu’avez-vous fait durant ce stage d’observation ?
 
Philippe : J’ai passé ma semaine de stage au sein des services Formations et Emploi et j’ai ainsi pu en observer le fonctionnement.
J’ai vu comment se passait l’organisation d’un séminaire et j’ai appris comment se passait le Test WiDaf. J’ai aussi lu des journaux, un peu tous les jours, pour me tenir au courant de ce qu’il se passait dans les relations économiques franco-allemandes.
J’ai aussi pu voir comment se passait la communication et la tenue des sites Ecoles-Entreprises et Emploi de la Chambre.
 
Julia : J'ai fait deux semaines de stage en tout. Les premiers jours j’ai pris beaucoup de notes, notamment en regardant la plate-forme Ecoles-Entreprises et les autres sites en lien avec la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie. Cela m’a permis de découvrir les différentes activités de l’entreprise.
J’ai aussi aidé à la préparation de séminaires, surveillé un test WiDaF et corrigé un test d’anglais.
J’ai également cherché des ressources pour alimenter les réseaux sociaux. 
 
Avez-vous appris des choses cette semaine ?
 
Julia : Bien évidemment ! J’y ai tout d’abord appris le monde de l’entreprise et la vie dans les bureaux.
J’ai également appris des choses très pratiques, comme mettre en ligne des offres d’emploi ou utiliser Piktochart.
Enfin, j’ai pu me faire une idée bien plus précise de ce qu’étaient les études à l’étranger ainsi que les différents organismes permettant de faciliter la mobilité franco-allemande.
J’ai aussi eu l’occasion, tout au long du stage, d’améliorer mon allemand à l’écrit (avec beaucoup de textes lus en allemand) comme à l’oral, notamment en parlant avec les employés ou les autres stagiaires du service.
J’envisage également de repasser un test de langue afin de connaître mon niveau actuel en allemand : j’ai pu me renseigner sur le test WiDaF et cela m’a motivé à en passer un en dehors de l’école. En lisant les offres de stage ou d’emploi, j’ai pu observer que la grande majorité des annoncent demandait la maîtrise de deux langues au minimum. J’étudie actuellement deux langues étrangères et j’espère pouvoir continuer l’apprentissage d’une troisième. 
 
Philippe : Comme je viens de le dire, j’ai pu voir ce qu’il y avait derrière un site internet : je ne m’attendais absolument pas à ça ! Je ne savais pas qu’il y avait tout cela, ça m’a beaucoup impressionné.
J’ai aussi beaucoup appris sur la vie en entreprise, les relations entre collègues et entre les différents services. Assister à des réunions m’a fait me rendre compte que ce qu’on faisait à l’école, finalement, ça pouvait servir, que ce n’était pas que de la théorie.  Par exemple, il y a beaucoup de points communs entre bien construire une présentation et faire un exposé en classe. On n’y apprend finalement pas que de la théorie ou de la culture générale, contrairement à ce dont on a parfois l’impression.
Le fait de lire régulièrement les journaux m’a aussi appris des choses sur les relations franco-allemandes actuelles.
 
Ce stage vous a-t-il encouragé à poursuivre des études comprenant de l’allemand ?
 
Julia : Oui. Je suis en classe Abi-Bac et j’ai l’habitude d’être plongée dans un milieu franco-allemande, je compte donc utiliser cela à mon avantage pour la suite de mes études et ce stage fut pour cela une très bonne expérience.
De plus, la plate-forme va me permettre de trouver un stage (et plus tard, peut-être une alternance) en relation avec le monde franco-allemand. 
 
Philippe : J’hésite encore entre des études dans le commerce et l’ingénierie. C’est d’ailleurs pour la partie commerce que j’ai effectué un stage ici. Je me suis rendu compte durant ce stage que bien parler allemand était vraiment un atout pour trouver du travail en France, notamment en en parlant avec plusieurs collègues.
Que je fasse une école d’ingénieur ou de commerce je continuerai à pratiquer l’allemand.
 
Qu’est ce qui vous a le plus plu dans cette semaine d’observation ?
 
Philippe : Découvrir ce qu’il y avait derrière les sites internet, comment les modérer et les mettre à jour. Ça m’a vraiment surpris. 
 
Julia : Rencontrer des personnes françaises et allemandes qui parlent et travaillent dans les deux langues et, de fait, assister à des conversations bilingues.